Chroniques du morne Karaté
Chroniques du morne Karaté

Les commentaires d'Atramenta

Avel étant disponible sur Atramenta, des commentaires y ont été postés, que je reproduis partiellement ici :

 

Commentaire de Rolin Daniley :

 

j'ai lu avec plaisir ce roman et le texte "un morceau de diamant". Une plume de maitre incontestablement. Ce qui ne m'etonne pas de la part d'un compatriote. Notre ile a beau souffrir, son vivier a talents ne tarit pas. Par endroits, on croirait lire du Gary Victor ou du Lionel Trouillot. Ce fut un delice tout particulier pour moi de lire la premiere moitie de "Avel". Votre narration est succulente et toute caraibeenne, J'ai adore. Cela glisse, carillone, chante, petille et ruisselle a chaque page. [...]

 

Ce qui me touche le plus dans ce commentaire, tant pis pour l'ego, c'est d'avoir été initialement pris pour un auteur haïtien.

 

Commentaire de Christian Epalle :

 

Avec Avel, l’auteur nous offre une œuvre atypique, insolite, inventive. Et j’ai adoré !
Cependant, je l’avoue, ce n’était pas gagné. Parce que j’ai ramé au début, déstabilisé par le langage du pays peut-être, par les instantanés sans liens apparents aussi, me demandant même si j’allais pouvoir arrivé au bout. Et puis, de fil en aiguille, ne voulant renoncer, d’abord embarqué par le jeune Romario et sa petite amie, ensuite par l’énigmatique Ana et l’ambiguë Yannick, j’ai perçus la trame romanesque se mettre en place, portée par les histoires du coin, les contes, les chansons françaises, les us et coutumes haïtiennes. A mi-chemin entre livre de voyage et carnet intime, avec des personnages touchants, presque familiers, délicieusement innocents. Il aurait été dommage de rater ça !
Mais attention ! Une fois plongé dans ce patchwork chaotique, dans ce bordel aux airs de paradis, envoûté par une douce musique d’ambiance, on n’a plus envie d’en revenir. C’est à se demander s’il n’y a pas de la magie vaudou là-dessous…

 

Pour tout lire (et vérifier au passage que je n'ai pas choisi le meilleur en éliminant le négatif), n'hésitez pas à vous rendre ICI.

Porte d'entrée vers le monde du gars Eric (Téhard)